Aller au contenu principal

Elections régionales : ce que nous ont dit les candidats

Après avoir organisé à Pont à Mousson le 06 juillet dernier un séminaire sur la construction de la future grande région, le Carrefour des Pays Lorrains a contacté les différents partis républicains candidats aux élections régionales sur l’Alsace-Champagne Ardenne-Lorraine. Quatre thèmes majeurs étaient abordés : l’identité régionale, les leviers de développement, la place des territoires et la question démocratique à l’échelle du Grand Est. Deux nous ont reçu et nous attendons une réponse écrite de la part de la liste de Jean-Pierre MASSERET. 

Pour Philippe RICHERT, tête de liste régionale LR-UDI-MODEM, les identités régionales existantes ne vont pas être supprimées : « Nos réussites s’appuient sur les identités actuelles et l’identité de la Grande Région se bâtira sur les réussites communes, les projets communs, progressivement ». Le Conseil Régional récupérant des compétences qui se jouent de fait dans la proximité (ex : transport scolaire), il y aura selon lui une stratégie commune à mener et une gestion à maintenir en proximité. Exemple des 4-5 agences régionales territoriales en Alsace.
Au niveau de la concertation, il animait jusque là un « G8 » en Alsace  composé du président du Conseil Régional, des présidents des deux départements et de ceux des agglomérations qui échangeaient en amont de chaque grande décision. Il a conscience qu’une autre organisation est à trouver sur ACAL pour discuter des grandes questions stratégiques en n’oubliant aucun territoire. Il a toujours soutenu la dynamique des pays en Alsace.

Pour Guy HARAU , tête de liste Moselle pour les partis écologistes, le fait qu'on ait du mal à trouver un nom à la nouvelle région est un signe que l'identité régionale n'est pas une évidence et qu'elle devra se construire pas à pas. C'est d'abord un regroupement administratif mais les projets, les coopérations entre les territoires, avec nos voisins européens vont progressivement tisser son identité. Selon lui, la loi NOTRe aurait du aller plus loin, par exemple en supprimant les départements et en instaurant l'élection des délégués des intercommunalités au suffrage universel direct. Parmi les leviers de développement : la coopération transfrontalière et la rénovation thermique et la transition écologique,économique, sociale qui représentent un réel gisement d'emplois. Fidèles à leur attachement à la participation citoyenne, le candidat mosellan de la liste emmenée par Sandrine BELIER met en avant les conseils de développement et différents comités citoyens à développer aux différentes échelles d'exercice des compétences, avec des moyens à la clé. Dans le dialogue territorial avec la Région, Il insiste sur le travail avec les intercommunalités mais aussi des pays/PETR.

Au 2ème tour des élections régionales, nous invitons les adhérents du réseau au rassemblement républicain en votant pour le candidat le mieux placé pour faire barrage au Front National.

Olivier JACQUIN, président
Jean-Luc COUSOT, Laurent JOYEUX et Salvatore LA ROCCA, vice-présidents

publié le

11 décembre 2015

par :

kjuven